Anvers reste la Capitale mondiale du Diamant

Si vous possédez une bague ou une montre sertie de diamants, il est probable que vous ne savez pas exactement d’où provient cette pierre précieuse. Peut-être d’Afrique du sud, car c’est le premier producteur de diamants au monde. Cependant, Anvers reste la ville où se déroulent la plupart des transactions de diamants taillés individuels. Zoom sur cette ville à l’histoire séculaire.

Diamant à Anvers

A lire également : 10 cadeaux enfant qui ne sont pas des jouets

Comment Anvers est-elle devenue la capitale mondiale du diamant ?

L’essor de ce commerce dans la ville d’Anvers a commencé dès la fin du 15e siècle. En effet, Anvers disposait à cette époque de facilités commerciales et d’une technologie de pointe. Ainsi, la ville est devenue un lieu d’échange de diamant blanc dès 1498. Au milieu du 16e siècle, Anvers était déjà un grand centre européen et 40% du commerce mondial transitait par cette ville. En 1595, la ville fut attaquée par le Duc de Farnèse sous les ordres de Philippe II. Ce qui n’empêcha pas à la ville de garder toute son importance dans le commerce du diamant et continua surtout à recevoir des diamants en provenance de Lisbonne. Jusqu’en 1947, l’industrie du diamant était dominée par la population juive d’Anvers, mais la 2e Guerre mondiale avait déjà fortement affaibli le secteur.

Anvers dispose d’une des principales bourses du diamant

À l’instar de New York, Londres, Bombay et Tel-Aviv, Anvers dispose une des bourses de diamant les plus importantes au monde. C’est un marché où se traite environ 70 % du marché mondial des diamants taillés. C’est aussi un endroit où transitent plus de 80 % de la production mondiale de diamant brut. Anvers dispose aussi d’un quartier diamantaire décomposé en 4 bourses dont les procédures d’acceptation sont très sélectives.

A lire aussi : Formation permis d’exploitation – une obligation pour les exploitants

Une expertise et des services de haute facture

La principale raison pour laquelle Anvers reste la capitale mondiale du Diamant, c’est qu’on y retrouve une expertise de haute facture ainsi qu’une technologie de pointe permettant de déterminer tout faux diamant. Fondé en 1973, le Haut Conseil du Diamant dispose de laboratoires permettant de certifier les pierres en évaluant leur qualité et surtout détecter les diamants synthétiques.