Assurance entrepreneur : quel bilan pour la loi Hamon ?

Après plus de 3 ans, c’est le moment de dresser un petit bilan de la loi Hamon. Une disposition législative qui nous a tenus en haleine pendant plusieurs mois. Il faut dire que tout a commencé en 2010 avec la disposition sur la loi Lagarde qui a autorisé la délégation d’assurance. La loi Hamon est allée plus loin en facilitant les procédures de résiliation des contrats d’assurance emprunteur. Dès lors, les emprunteurs ont désormais la possibilité de changer d’assurance tous les ans.

Un démarrage plutôt lent

Après la mise en place de cette loi, il faut souligner le fait que sa mise en place reste plutôt lente. En effet, les Français sont assez hésitants lorsqu’il s’agit de faire jouer la concurrence. Au niveau des principaux assureurs, le début de la loi Hamon semble être assez timide. Selon les professionnels du secteur, notamment les courtiers, il y a un défaut d’information et une forme de crainte des emprunteurs de crouler sous des considérations administratives lorsqu’il s’agit de changer d’assureur. De plus, les banques ne sont pas suffisamment coopératives, car il s’agit souvent d’une grosse source de profit qui les échappe. Dès lors, elles ne cherchent pas à informer leurs clients de cette nouvelle législation.

A lire également : Locaux commerciaux, les avantages d’une location cabinet

Plus d’économie et de transparence

Les banques et les assurances font preuve de beaucoup de transparence avec cette nouvelle loi. Durant le premier semestre de l’année 2017, à grand renfort de communication, les clients ont pu découvrir les avantages de la loi Hamon et surtout la possibilité de changer d’assureur en toute simplicité. La loi permet alors aux emprunteurs de réaliser des économies allant jusqu’à 16.000 euros sur son assurance chez B2B Assurance. Ce qui est assez considérable pour, par exemple, un couple ayant emprunté une somme de 200.000 euros sur 20 ans.

Vers une transformation du paysage de l’assurance

Avec l’amendement Bourquin, le paysage de l’assurance va sans doute connaitre un sérieux bouleversement. Voté en mars dernier, il offre la possibilité à chaque emprunteur de résilier son contrat d’assurance lors de sa date anniversaire. D’ailleurs, 50% des dossiers en 2018 seront issus de cet amendement.

A découvrir également : 3 astuces pour ne pas se faire avoir lors de l’achat d’un voiture d’occasion

On va surtout vers un nouveau départ en 2018 et, concrètement, n’importe quel contrat d’assurance pourra être remplacé par un autre au moment de son échéance annuelle. Pour les consommateurs, c’est une bonne manière d’avoir un réel choix parmi les offres d’assurances disponibles sur le marché, surtout lorsqu’on sait qu’elles peuvent être sensiblement différentes d’un endroit à un autre.