Focus sur l’enlèvement d’épave de véhicules

A moins d’être un collectionneur d’épaves, l’administration ne tolère pas la détention d’épaves de véhicules à cause des matériaux toxiques qui doivent suivre un cycle de traitement auprès des centres VHU. Tout propriétaire de véhicules inutilisables doit alors faire tous les moyens pour se débarrasser de leurs épaves le plutôt possible tout en respectant les consignes de sécurité en vigueur. Pour éviter de perdre du temps, les détenteurs d’épaves de véhicules doivent confier la récupération de leurs ferrailles à des professionnels agrées comme ce site.

Se décharger de toutes responsabilités sur ses épaves

Les sociétés spécialisées dans l’enlèvement d’épave de véhicules interviennent dans le remorquage et l’enlèvement de véhicule hors d’usage dans toute l’Hexagone et notamment dans la capitale parisienne et sa banlieue. En effet, l’administration se montre inflexible par rapport aux épaves localisées dans les propriétés des particuliers et des professionnels. Des sanctions sont mêmes prévues si les propriétaires tardent à se séparer de leurs ruines. Aujourd’hui, il existe de nombreux prestataires en enlèvement d’épaves avec des équipes d’épaviste chevronnées et équipées des matériels de dépannage de la haute technologie. Puissants et fiables, ces véhicules de remorquage permettent de faire l’enlèvement de tous types de véhicules usagés (auto et deux roues). Cependant, il faut bien vérifier si l’épaviste prend aussi en charge la récupération d’épaves de poids lourds.

A lire en complément : Offrir des barres de rire, une idée cadeau originale

Bien entendu, le coût dépendra du type d’épaves à récupérer et de la distance séparant l’enlèvement au centre VHU choisi pour effectuer la casse. Sans l’agrément VHU, l’épaviste ne peut exercer ce métier sous peine de payer une amende et une poursuite judiciaire. Arrivées à la casse, la destruction des voitures doit suivre les textes concernant le recyclage des déchets toxiques automobiles et l’ensemble de la législation française relative à ces centres VHU. Sur place, l’épaviste remettra un certificat de destruction, au propriétaire de l’épave, qu’il faudrait remettre à la préfecture pour résilier le contrat d’assurance. En même temps, une attestation d’enlèvement lui sera également délivrée pour lui ôter toutes responsabilités vis-à-vis de l’épave enlevée. Enfin, les documents du véhicule doivent être prêts au moment de l’enlèvement, à savoir : la carte grise originale, la photocopie de la carte d’identité du propriétaire et le certificat de non gage.

A lire en complément : Le Gaz Naturel Liquefié : tous les avantages