Les détails sur les restrictions des collectivités territoriales à travers les livres écrits par Jean Luc Boeuf

Jean Luc Boeuf

La loi sur la réforme territoriale a été à l’origine des débats diplomatiques, politiques et sociaux. Les observateurs se sont même montrés très loquaces sur le sujet en plus des médias. Les collectivités subissent alors les restrictions budgétaires prévues par la loi. La conférence sur le territoire n’a fait que renforcer cette constatation relatée dans les livres écrits par Jean Luc Bœuf. Un haut fonctionnaire territorial et spécialiste des finances publiques locales qui s’est longuement penché sur la question.

Jean Luc Boeuf, son point de vue sur la réforme territoriale

Le haut fonctionnaire qu’est Jean Luc Boeuf a insisté sur les revers de cette réforme. Les enjeux économiques de la France font que les collectivités territoriales affrontent les coupes de leur budget annuel. Sous le régime Macron, un pacte concernant ces collectivités a été instauré avec ces dernières. Malgré la réforme territoriale, les initiatives du gouvernement pour instaurer des politiques publiques visent à partager les responsabilités étatiques avec les collectivités. La baisse des près de l’État pour ces entités et la réduction du taux d’emplois a néanmoins conduit les dirigeants dans une certaine appréhension. À cet effet, les analystes économiques ont prévu une baisse des près destinés aux collectivités. La conférence nationale sur les territoires a d’ailleurs annoncé le taux de crédit refusé à ces entités, soit environ trois cents millions d’Euros pour cette année.

A voir aussi : Comment apprendre à courir progressivement ?

Des problèmes économiques de l’État

Les restrictions budgétaires que traversent les collectivités territoriales sont dues à des problèmes financiers de l’État. La crise économique à l’échelle planétaire a conduit le gouvernement à imposer la réduction des allocations. Même le pacte de confiance envers les collectivités n’a pas su mettre les jalons suffisant pour parier les répercussions sur la vie collective et économique. On parle alors ici d’un rabot sur un plan général. Il s’agit entre autres de la réduction des dotations, ou encore des restrictions auprès des agents publics, sans oublier la réduction du personnel. Le déficit économique du pays a donc motivé ce genre de décision de revenir sur les modes de fonctionnement de la France dans l’ancien temps. Le but ultime étant de trouver un semblant d’équilibre entre ces régions riches et les déficitaires. Or, une coupe des crédits qui leur aient destiné n’est aucunement une solution et a été mal vue par les élus.

Les impactes des restrictions budgétaires

Les problèmes liés à l’emploi et les soucis du personnel des collectivités territoriales ont longuement été évoqués par les analystes. Mis à part les fusions bancales dites « utiles » des régions, ces dernières vont devoir batailler pour trouver un semblant d’équilibre. La réduction du nombre des régions est alors un des impacts les plus palpables dans la quête d’un Hexagone moyennement répartie sur le plan économique. Une initiative pour restreindre au mieux les disparités des endettements. D’autant plus que l’État a insisté pour freiner les dotations pour ces contrées. Dans cette course à la redistribution des richesses du pays, les mesures prises sont elles vraiment appropriées ? Envisager un Grand Paris sans inclure Paris ? Un cas parmi tant d’autre en ce qui concerne la réforme territoriale.

A lire en complément : Tout savoir sur le certificat d’urbanisme ou PLU

Achetez sur Amazone les ouvrages écrits par Jean-Luc Bœuf : https://www.amazon.fr/Jean-Luc-Boeuf/e/B001K71V2I