Après les attentats, le CHU de Rouen adapte sa sécurité

Le contexte sécuritaire en France étant de plus en plus délétère et inquiétant, notamment avec les attaques terroristes, les différents services administratifs s’organisent en conséquence. On le sait tous : les terroristes ont tendance à attaquer les lieux publics et les hôpitaux sont loin d’être épargnés. Fort de ce constat, le CHU de Rouen adapte sa sécurité afin de mieux faire face à la menace. Une prise de conscience qui n’est qu’un début en France en ce sens où la plupart des hôpitaux et lieux publics entendent faire de même.

Le CHU de Rouen, une référence dans la zone

Les deux CHU de Rennes et de Rouen peuvent être considérées comme des références de la zone de défense et de sécurité Ouest. À ce titre, ils participent régulièrement à des réunions et organisent des exercices interservices en lien avec l’armée, la police, les sapeurs-pompiers et la sécurité civile, notamment les sociétés de gardiennage Paris. Après les attentats, certains médecins de l’hôpital, notamment un chirurgien orthopédique, un urgentiste et un anesthésiste ont suivi une formation en médecine de guerre afin d’être aptes à soigner les blessures à la mitrailleuse, celles-ci étant très hémorragiques.

A lire aussi : Les ingrédients d’un mariage de rêve

La technologie peut aider

Avec la prise de ces mesures de sécurité, notamment le renforcement du gardiennage Paris, un nouveau logiciel a été mis en place afin de faciliter l’identification des victimes. En effet, ceci est une tâche très souvent compliquée en période d’attaques. Ce qui permettra aux familles des victimes de les retrouver très facilement. Ce logiciel sera présenté au personnel au mois d’avril et le temps viendra de l’expérimenter en grandeur nature. Il faut dire que les risques ont sensiblement évolué avec le temps et il est important que nous évoluions aussi dans le temps. Il faut surtout aller dans le sens d’une mise à jour des moyens humains, matériels et logiciels afin de mieux faire face à la menace terroriste.

La formation à la médecine de guerre : un fait inédit en France

Depuis l’avènement de la 5e république, il faut dire que la formation à la médecine de guerre dans un hôpital est assez inédite. Mais la situation actuelle l’exige et on devrait s’attendre à ce que cet élan se généralise un peu partout dans le pays. Aujourd’hui, ce sont seulement les militaires qui sont formés à ce type de médecine et ceci leur permet de sauver des vies, car la plupart des victimes meurent d’hémorragies. Cela nous conforte surtout à l’idée selon laquelle, il faudrait adopter un nouvel état d’esprit.

A lire également : Notre sélection des meilleurs spots de randonnée au Chili