Location de bureaux d’entreprise : les pièges à éviter

La location de bureaux d’entreprise est l’une des solutions idéales pour les jeunes sociétés naissantes. Elle est plus économique et beaucoup plus accessible. Mais, il y a un certain nombre d’éléments à prendre en compte pour éviter les pièges les plus fréquents dans le domaine.

A lire également : Du ruban led de qualité professionnel pour une décoration lumineuse et colorée de votre commerce

De la durée du bail

Le bail commercial en matière de location de bureaux d’entreprise est d’une durée minimale de 9 ans. Généralement, les bailleurs prennent en compte cette durée, mais ils ne donnent pas la possibilité au locataire de se rétracter tous les trois ans avec bien sûr le préavis de 6 mois. Cette clause très souvent insérée dans les baux commerciaux et ils sont à l’avantage des bailleurs. Toutefois, vous pouvez négocier avec votre propriétaire avant la signature du bail pour que vous puissiez avoir la possibilité de résiliation du contrat au bout de chaque trois. Ce type de résiliation est pleinement légal.

De la cession du bail

Dans un bail commercial, le bailleur peut stipuler que le bail et le fonds de commerce ne peuvent être cédés au même moment. Cette situation peut constituer une véritable gêne en matière de location de bureaux d’entreprise. Toutefois, vous avez la possibilité de demander et d’obtenir la dérogation à cette règle. Vous serez ainsi en mesure de vendre le droit du bail sans pour autant vendre sur le champ votre fonds de commerce. Vous pouvez pour cela vous faire accompagner par une agence sérieuse comme l’agence immobilier AGDA.

A lire également : Régime hyper-protéiné : quelles sont les qualités nutritives du blanc d’œuf ?

De la révision du loyer

En matière de bail, le loyer peut être révisé chaque année par le bailleur. Celui-ci tient compte de la variation de l’indice Insee de la somme de la construction. Toutefois, avant la signature du contrat, vous êtes en mesure de demander que la révision soit faite suivant le principe établi par la loi. Autrement dit, le bailleur ne pourra réviser le loyer que tous les trois ans.

Des charges de réparation ou de rénovation

Le propriétaire du bureau peut stipuler que les charges relatives aux gros œuvres de réparation ou de rénovation soient à la charge du locataire. Vous pouvez éviter ce piège en négociant et en obtenant que les gros œuvres soient à la charge de votre bailleur. Ainsi, vous serez en mesure de vous occuper des petites charges relatives à la réparation du bureau mis à votre disposition par le propriétaire. Vous pouvez aussi vous occuper des charges de rénovation si elle ne vise qu’à embellir le local pour correspondre à vos attentes.