Toutes les bonnes raisons de posséder un destructeur de documents

Personne n’a pris en compte la valeur et l’importance des machines qui servent à détruire le papier. Chacun d’entre nous possède des documents dont on ne se sert plus, mais qui nous sont confidentiels et peuvent être utilisés à notre encontre. L’utilisation de cet appareil permettra ainsi de se protéger de toute ingérence que ce soit dans la vie privée ou professionnelle.

Caractéristiques d’un destructeur de documents

Appelé également broyeur, ou déchiqueteur, ou tout simplement machine à détruire les documents, un destructeur de documents fait partie des matériels et mobiliers de bureau utilisés dans les entreprises. Ces dernières ainsi que l’administration sont les principaux utilisateurs de destructeur de documents.

A lire aussi : Quels sont les bons plans lorsque l’on monte une start-up à Lyon ?

En effet, les documents en leur possession contiennent généralement des informations confidentielles et sensibles. Lorsqu’ils ne sont plus utilisables, ils doivent être détruits pour éviter toute utilisation frauduleuse. En utilisant cet appareil, ces documents inutiles seront réduits en morceaux au point où personne ne peut les consulter. Leur confidentialité est ainsi conservée, car ils seront indéchiffrables.

À quoi sert une déchiqueteuse ?

La réponse à cette question est mise en évidence en posant d’autres questions. Permettez-vous que des personnes étrangères découvrent vos secrets en fouillant vos poubelles ?

A lire également : Installer son entreprise chez soi, les pièges de la domiciliation expliquées en 3 points

Une petite anecdote nous permettra de vous éclairer. Il s’agit d’une histoire qui est réellement arrivée à une amie d’un membre de l’équipe Babusiaux, Nathalie. Un jour, la commune lui a envoyé une contravention. La raison évoquée est qu’elle n’a pas respecté le jour prévu pour faire sortir sa poubelle papier. Vous vous demandez sûrement comment la Commune a pu savoir que la poubelle lui appartenait. Rien de plus simple : ils ont procédé à la fouille proprement dite de la poubelle.

En réalité, donc, lorsque nous jetons nos papiers, ils ne sont pas définitivement rayés de la terre, mais disparaissent uniquement de chez nous. Nous vous posons ainsi la question si vous souhaitez que tout le monde lise les documents contenant des informations confidentielles sur vous. En réalité, donc, lorsque nous jetons nos papiers, ils ne sont pas définitivement rayés de la terre, mais disparaissent uniquement de chez nous.

Souhaitez-vous que tout le monde consulte les documents concernant vos clients ?

La question suivante devient de plus en plus sérieuse par rapport à la précédente. Seriez-vous prêt à prendre n’importe quel risque pour vos clients ? Ces derniers vous font entièrement confiance en remettant une partie de leur affaire.

Lorsque vous jetez les papiers qui les concernent, où vont-ils ? Imaginez un instant si vous êtes un comptable ou un avocat voire un fiscaliste et que vous ne possédez pas de destructeur de documents. Le secret professionnel est le mot d’ordre pour ces types de métiers tandis que pour certains, ce sont la concurrence et le pouvoir.

Actuellement, nombreux sont ceux qui se soucient de la sécurité des informations personnelles des clients sur la toile. Même les documents manuscrits viennent à devoir être protégés, si nécessaire, à être détruits.

Jusqu’à la limite de la sécurisation ?

La norme de l’Institut allemand de la Normalisation dénomme les déchiqueteuses : la DIN 66399. Pour dire que cet appareil qui transforme les papiers en fines bandelettes démontre une grande importance. La norme soutient des niveaux de sécurisation, classés en trois : la première classe pour un niveau de protection minimale de P1 à P3, la seconde, pour P4 à P5, et une sécurité élevée de P4 jusqu’à P5.

Les déchiqueteuses sont choisies selon les modèles, dépendamment des besoins du client ou de l’utilisateur. En fonction des niveaux de sécurisation, les coupes résultantes peuvent aller du plus fin jusqu’à des bandelettes croisées. Ceci, de sorte que toute reconstitution ne puisse se faire. Les besoins d’un graphiste et d’un avocat, donc, ne sont pas les mêmes.

Quelles sont les typologies possibles de déchiqueteuses ?

Les destructeurs de manuscrits se diversifient sur le marché. Que ce soit en efficience, en disponibilité, ou en termes de protection, les modèles restent très variés.

La coupe, pour déterminer le type de machine adéquat

Pour bénéficier des atouts de la déchiqueteuse, les résultats de la coupe sont mis en avant. Une coupe rectiligne ou une coupe croisée, le choix est unique. Pour chaque appareil, le cylindre pour couper le papier reste unique. Pour ainsi dire, opter pour une forme précise du fruit de la déchiqueteuse demeure indispensable.

Si le premier déchiqueteur s’active pour des bandes fines, le second s’occupe des papiers pour que ces derniers aboutissent en confettis. Ainsi, les bandes fines sont nettement plus reconstituables, à la différence des confettis de papier. Un seul regard dans la corbeille suffit à en être conscient. Il ne va pas sans dire que le déchiqueteur pour des bandes rectilignes revient à un coût amoindri, à la différence de l’autre type.

Le système de protection, pour telle ou telle machine

Un destructeur de papiers vient résoudre un besoin particulier : éliminer l’écrit sur du papier. Néanmoins, cela peut prendre ou non de l’importance, selon les besoins de sécurité. Les normes de l’Europe imposent une disparition en confettis, pour les manuscrits DIN P-3, et de même taille pour une même coupe. Cependant, des modèles particuliers ne mentionnent aucun terme de sécurisation. Ceci, de fait que ces déchiqueteuses sont destinées à des individus quelconques. La sécurité du manuscrit est ainsi privilégiée.

Les niveaux de sécurité se distinguent selon : la lettre P, s’ensuivant d’un chiffre. Lorsque cela s’accroît, le niveau de la sécurité est maximisé. Avec les autres bases de données, comme les DVD et les CD, par exemple, la déchiqueteuse s’utilise avec le O, suivi du chiffre adéquat. Les microfilms et diapositives se détruisent avec la lettre F. Pour les magnétiques, dont les cartes bancaires, le T. Les électroniques comme les cartes mémoires et les clés USB, il y a la lettre E. Enfin, la lettre H s’utilise pour les gros supports magnétiques, comme les disques durs des ordinateurs.

Dépendamment de l’objet à détruire, le modèle opté

Les déchiqueteuses peuvent avoir des fonctions polyvalentes. Papiers ou types DVD, le broyeur à documents peut entamer son rôle sans difficulté. Effectivement, les simples déchiqueteurs de manuscrits figurent dans les plus abordables. Pour des besoins de destruction d’objets spécifiques, il serait plus prudent de consulter le mode d’utilisation. Ceci pourrait éviter d’endommager l’appareil. Autrement, des modèles experts peuvent être acquis auprès des commerces spéciaux comme les bureautiques.

Un vieux manuel ou l’innovation électrique de la déchiqueteuse

Étant donné les besoins divers et la diversification des clients, concernant le marché des broyeurs de papiers, les deux types semblent aussi recherchés l’un que l’autre. Pour les besoins professionnels, les modèles électriques sont les plus pratiques. Le manuel est plus désiré par les particuliers et les collectionneurs. Le choix reste ainsi très subjectif bien que les deux types d’appareils aient chacun leurs points forts.

SOURCE

https://destructeurdedocuments.net/