Endométriose : quand faut-il opérer ?

endometriose-chirurgie

Photo Credit: NEC Corporation of America via Compfight cc

L’endométriose est une maladie survenant en période de fécondité et touche donc potentiellement les femmes réglées. Fréquente et encore mal-connue, cette maladie gynécologique peut-être plus ou moins profonde, plus moins grave selon le nombre et la localisation des lésions ou d’endomètres non désagrégés pendant les règles, mais migrant hors de l’utérus, envahissant les structures et organes voisins. Grâce aux avancées médicales dans le domaine, des traitements sont mis en place pour éviter des complications graves comme l’infertilité chez les patientes en âge de procréer. Après un diagnostique approfondi sur le degré et l’évolution de la maladie, le geste chirurgical peut être entrepris après avoir tenté tout entrainement médicamenteux efficaces pour enrayer la maladie.

Lire également : L’expertise comptable, une obligation juridique pour les entreprises

Des symptômes à bien diagnostiquer

Le diagnostic clinique de la maladie est souvent difficile et retardé. Alors qu’il a été établi statistiquement qu’une femme réglée sur 10 est touchée par l’endométriose de manière chronique et le plus souvent avec des récidives, la maladie reste complexe à diagnostiquer. Encore aujourd’hui, l’origine de la maladie n’est pas bien définie et malheureusement, elle se diagnostique souvent par hasard et avec un retard de 5 ans parfois. Tant les symptômes sont variés et parfois même inexistants qu’ils ne sont donc pas vraiment révélateurs de la gravité des lésions. C’est pourquoi, il est important de bien orienter un diagnostic efficace à partir des symptômes ressentis par les patientes :

  • Douleurs abdominales
  • Règles abondantes et douloureuses
  • Troubles urinaires ou digestifs

C’est à partir des symptômes qu’il est possible et judicieux de prescrire des examens appropriés. Il existe donc un certain nombre d’outils de diagnostique selon le type de symptôme :

A lire en complément : Procéder à la rénovation de sa pharmacie et de son officine avec l’aide d’un spécialiste

  • L’échographie de la région pelvienne ou endorectale
  • L’IRM
  • La cœlioscopie

Le geste chirurgical comme solution thérapeutique

Il faut savoir qu’il n’existe pas encore de traitement définitif. Et si la recherche actuelle tant à mettre en place des prises en charge visant à guérir et obtenir sur le long terme des stades de rémission de la maladie, c’est que certains traitements sont plus ou moins efficaces, ciblés. L’endométriose étant une maladie hormono-dépendante, il arrive parfois avec un traitement hormonal que la survenue de l’ovulation soit freinée voire stoppée définitivement, entraînant par la même la disparition des symptômes et des douleurs. Dans le cas contraire, il reste le geste chirurgical pour enlever les lésions.

Le professeur Bertrand Dousset et son équipe proposent une information sur l’avancée de la recherche dans ce domaine. L’association Espoire a été crée pour informer sur les possibilités de traitement. Une journée Espoire a même été dédiée à l’Endométriose digestive en 2013. De nombreux spécialistes se sont exprimés à cette occasion.