Ce qu’il faut savoir lors d’un achat d’un animal dans un refuge de la FAAA

La journée mondiale des animaux est une meilleure opportunité de se soucier des animaux domestiques installés dans les refuges en attente d’un nouveau maître. La FAAA ou fondation assistance aux animaux donne ses recommandations concernant l’acquisition d’animaux en refuge et vous informe sur les assurances y afférentes. Sachez en effet qu’au refuge, les animaux sont en général moins coûteux que chez l’éleveur. Pourtant, même si le tarif est intéressant, il importe de prendre en compte certains points lorsqu’on désire acheter un chien ou un chat dans un tel endroit.

Les points à considérer durant l’achat d’un animal au refuge

Dans la plupart des cas, les animaux qui vivent en refuge ont une histoire difficile vis-à-vis de son ancien propriétaire par exemple (maltraitance). Par conséquent, l’animal fait un geste parfois étrange. Pour cela, le nouveau propriétaire devra le traiter avec douceur et pleine d’affection dans le but de mettre en place une relation de confiance avec lui. Un éducateur spécialisé canin peut vous attribuer une aide précieuse sur ce cas.

A voir aussi : Trouver l’amour sur les sites de rencontres : comment chercher efficacement ?

La Fondation assistance aux animaux recommande également aux acheteurs de bien s’informer sur les comportements de chaque animal au refuge. Avant l’achat, il est préférable de voir l’animal plusieurs fois et de faire connaissance en balade. En réalité, les soins vétérinaires fondamentaux sont effectués par le centre de refuge, c’est pour cela que le refuge implique ces frais dans le prix d’achat. Lorsque vous vous êtes persuadés d’acheter l’animal, un contrat d’adoption vous fait connaître vos devoirs et vos obligations envers celui-ci. Cette clause prévoit, entre autres, que le refuge peut récupérer l’animal au cas où il est maltraité par son nouveau détenteur. Ce contrat stipule également que l’adopté devra faire l’objet d’une inspection régulière. Quand le maître désire après quelques années laisser l’animal à un autre foyer, le centre de refuge peut utiliser son droit de veto au cas où il a des soucis sur l’aptitude de ce nouveau propriétaire à s’en engager. Peu importe le cas, il est conseillé de souscrire à une assurance animale. Néanmoins, il convient de savoir que certaines compagnies avaient déterminé une limite d’âge de six ou sept ans et n’accordent pas d’assurer les animaux ayant dépassé cet âge.

La couverture pour les frais de soins vétérinaires

Acheter un animal est synonyme d’accepter de prendre en charge ses soins vétérinaires. Pourtant, ces frais peuvent devenir très chers, ce qui peut vite déstabiliser le budget d’un maître. Afin d’éviter alors ces coûts dispendieux, il est fortement recommandé de souscrire à une assurance animaux qui couvre ces frais. FAAA pourra vous fournir plus de renseignements à ce propos.

A lire aussi : Litige avec son employeur : comment le droit du travail vous protège ?