Comment bien préparer son premier saut à l’élastique ?

Le saut à l’élastique est une activité sportive de plein air des plus exaltantes qui soient. Avec ce saut, vous vous donnez la possibilité d’explorer vos propres limites en ayant la sensation de faire une chose d’extrêmement dangereuse, mais sécurisée. Oubliez votre peur du vide, votre vertige et votre stress quand il s’agira de faire l’aventure. Une bonne préparation suffira à détruire les barrières de votre anxiété. Suivez plutôt les conseils qui suivent et allez au-devant de vos angoisses en tentant l’aventure.

Un esprit bien aéré

Mettre votre esprit en condition

A lire également : Les start-ups en France, un marché en plein essor.

Il n’y a pratiquement rien à faire pour vous préparer à faire un saut à l’élastique. Si déjà vous avez la bonne condition physique, c’est déjà bon. En effet, vous ne partez pas à une compétition de course olympique ou toute autre de ce genre. Toutefois, vous ne devez pas remplir votre estomac de tout et n’importe quoi. Vous ne devez donc pas trop manger ni trop boire avant de vous lancer. Vos capacités physiques et intellectuelles doivent être à 100 % avec vous.

Pour un premier saut à l’élastique, c’est votre esprit qu’il faudra mettre en condition. Vous devez être tout simplement zen. Lorsque le jour fatidique s’approche, vous êtes angoissé à l’idée de sauter pour la toute première fois dans le vide. Pour faire disparaître cette angoisse, faites des activités qui vous permettront d’oublier ce jour. Moins vous y pensez, moins vous serez apeuré. Le jour de votre exploit, essayez de distraire votre esprit et ne pensez pas trop à ce que cela donnera. Lancez-vous et profitez des sensations !

A voir aussi : Le déchaumage, une pratique qui vaut le détour en agriculture

Être au courant des sensations

La peur du saut à l’élastique vient souvent de l’appréhension des sensations qui vont en découler. Vous serez plus tranquille si vous avez une connaissance sur lesdites sensations. Pour vous rassurer, sachez que ceux qui ont franchi le pas avant vous vous confirment de différences notables entre ce saut et le saut en parachute. Ils notent une impression de vol lors de la toute première descente, c’est comme si vous flottez dans l’air. Par la suite, ils ont la sensation d’être en apesanteur lorsque l’élastique se tend et se détend. Dès que vous sautez, vous oubliez directement votre angoisse et vous retrouvez le plaisir du saut à l’élastique.

Se rassurer de la sécurité

Vérifier les normes de sécurité

C’est finalement votre vie qui est en jeu, car sauter à plus de 50 m, ça fait quand même un peu peur. Cependant, si la sécurité est de mise alors, ne vous retenez pas. Les accidents venant de ce sport sont rares, et cela est tributaire des règles strictes appliquées dans tout l’univers. Ce n’est pas une raison suffisante pour se confier à un centre. Rassurez-vous que le centre respecte les normes AFNOR en vigueur et que les sauts sont bien encadrés par des professionnels formés à cette cause. Aussi, informez-vous sur les statistiques montrant le nombre d’accidents survenus lors des sauts précédents.

Le saut à l’élastique ne demande pas de compétence nécessairement et du côté sportif et technique, il ne vous exige rien. Les mineurs peuvent aussi s’y mettre s’ils ont une autorisation parentale. Le saut à l’élastique se fait depuis des ponts, des viaducs, etc. Aussi, il y a des plates-formes qui sont conçues aux bords des falaises pour pratiquer cela.