Machines outils : le défi de l’industrie du futur

Après les grandes révolutions industrielles des XVIIIe et XXe siècles, l’usine du futur passera à n’en pas douter par l’hyper-connexion. Plus qu’une révolution, une évolution indispensable pour le secteur des machines outils en France.

La France parie sur l’industrie 4.0

Le temps des vieilles machines d’usinage graisseuse serait-il révolu ? Il y a quelques années encore, la France occupait une place majeure sur le marché des machines outils, cette activité comptant comme l’un des grands pôles industriels nationaux. Face à une concurrence accrue, ce marché des machines de production industriel a su muter, se tournant vers le développement d’outils particulièrement pointus et spécialisés. C’est notamment dans ce contexte qu’a été lancé en 2014 un grand plan de redynamisation de l’industrie française
Pourtant, cette marche gravie n’est qu’une étape au cœur le défi qui attend l’industrie française. En effet, le secteur des machines outils connaît lui aussi une véritable révolution numérique.

Lire également : Quelles sont les étapes à suivre pour supprimer un compte Google My Business ?

Les innovations dans le monde des machines de production industrielle passent également par l’apparition progressive de systèmes de gestion, de capteurs et autres système d’alerte :

  • Suivi plus flexible des productions et adaptation en temps réel ;
  • Traçabilité accrue ;
  • Contrôle de sécurité ;
  • Envoi d’alerte aux prestataires de maintenance des machines outils en cas d’incident ou de panne ;

Mots clés de ce XXIe siècle, la connexion sera également le terme stratégique de cette nouvelle révolution industrielle.

Lire également : Répertorier plus aisément votre site sur le premier rang des résultats de recherche

Quel impact pour les professionnels des machines outils ?

L’avenir des machines outils s’inscrit très vraisemblablement dans la dynamique de l’usine connectée et, de fait, par une externalisation progressive des services tels que l’entretien des outils de production.
Si des prestataires assurent déjà la maintenance externalisée des machines de productions industrielles, intervenant pour le compte de nombreuses usines, le métier sera également touché par cette mutation de l’industrie connectée.
Finies les prestations de maintenance one shot qui laisseront probablement place à des contrats de maintenance plus poussé. Avertis automatiquement et en temps réel en cas d’alerte, un spécialiste externe n’aura plus qu’à se charger des opérations de maintenance ou de dépannage. Les entreprises en charge de la réparation et du remplacement des pièces détachées sur ces machines outils devront également prendre le virage de l’usine du futur afin de répondre aux exigences croissantes des entreprises dans le cadre de cette nouvelle révolution industrielle.
Acteur majeur de l’innovation numérique, la France saura très probablement profiter de cette évolution pour se positionner sur l’industrie du futur. Mais si les systèmes peuvent être imaginés et développés dans notre pays, la formation de personnels capables d’administrer ces usines du futur sera une marche à ne pas manquer. Comment souvent, la clé est la formation…