Comment se déroule le stage de récupération de point ?

Bien que de nombreuses personnes aient eu besoin d’effectuer un stage pour récupérer des point, cela reste une pratique assez méconnue des français, qui, globalement, ne savent pas exactement comment cela se déroule ni en quoi cela consiste.

 

A lire aussi : Comment un diététicien vous aide à perdre du poids ?

Le déroulement du stage

Il dure deux jours, chacun comprenant sept heures de formation, et a lieu généralement dans une seule et même salle. C’est un stage de partage et de sensibilisation, où il n’y aura aucune épreuve, ni théorique, ni de conduite. Le nombre de participants peut varier de six minimum à vingt maximum.

Puisqu’il n’y a pas d’épreuve, la participation et la présence effective à la totalité du stage sont les seules choses à effectuer pour obtenir l’attestation de stage qui déclenche la récupération des points.

A voir aussi : Quel contenu pour un bon référencement web pour votre site?

 

Un temps de réflexion

Pour l’essentiel, le stage de récupération de point vise à permettre une remise en cause des pratiques de chaque conducteur, et ce à travers des débats et des exposés. Souvent, les personnes présentes au stage viennent de tous les horizons socio-professionnels, et les échanges peuvent être riches en émotions.

Chaque participant décrit rapidement son parcours, et ce de la manière qu’il le souhaite. La mise en parallèle des expériences de chacun est ainsi une occasion de prendre un peu de recul quant à sa propre pratique de la conduite.

 

Un temps de formation

Les formateurs interviennent aussi sur différents points, afin de rappeler et de remettre en place des éléments de connaissance concernant plusieurs thèmes, tels que l’alcool au volant, le calcul du temps de freinage corrélé au temps de réaction… Leur intervention vise aussi à donner une autre image de la sécurité routière, qui est parfois perçue par les automobilistes présents au stage comme étant purement répressive.

 

Un temps de partage

Le déroulement des débats amène aussi à faire du stage un temps de partage. Les stagiaires ne sont pas culpabilisés, mais encouragés à réfléchir ensemble sur les enjeux qui sont ceux de la route, et où il est possible d’éviter un grand nombre d’accidents.

Dés lors, l’ambiance est généralement très bonne et propice aux échanges entre participants et formateurs. Le fait de prendre connaissance de l’expérience des autres conducteurs est un moyen d’avoir ensuite la capacité à porter un regard critique sur son propre comportement d’automobiliste.

Il est donc possible de ressortir de ce stage en étant un conducteur plus sûr et plus rassuré.